Faërie – Raymond E. Feist

faerie-raymond-e-feistSynopsis

La maison du vieux Kessler était perdue dans les bois… Une ferme splendide et pleine de recoins, où Phil et Gloria pensaient trouver le calme, loin de la ville et de l’agitation. Mais ce que trouvent leurs trois enfants est bien différent : d’étranges histoires de clairières hantées, de lueurs qui dansent dans la forêt et de trésors enfouis…
Tout un monde secret, enchanté par l’ancienne magie celtique et habité par de mystérieuses présences. S’agit-il des fées et du vieux peuple des légendes? Ou d’êtres plus dangereux, animés de désirs inquiétants ?…

Bientôt, ce qui avait la couleur du rêve se change en un terrifiant cauchemar. Des puissances oubliées se sont réveillées et convoitent les enfants. Pire encore: leurs âmes.

 

Mais de quoi ça parle ?

Le livre commence avec l’installation d’une famille, les Hasting, dans une vielle maison à l’orée d’une forêt. Les Hasting sont une famille tout ce qu’il y a de plus normal avec le père, un écrivain en quête d’inspiration, sa femme Gloria, Gaia, une adolescente qui se demande encore comment ses parents ont osé l’emmener dans ce coin paumé (Y a même pas internet !), et deux jumeaux plus jeunes, Patrick et Sean.

Nous suivons donc l’installation de cette famille dans leur nouvelle demeure et tout semble se passer le plus paisiblement possible … Enfin presque …

Car oui, rapidement, des choses étranges se passent : des bruits de pas dans les murs, des objets qui changent de place la nuit, quand ils ne se volatilisent tout simplement pas.

Mais cela ne semble pas spécialement inquiéter les adultes (parfois il ne fait pas bon d’être trop rationnel)… contrairement aux jumeaux qui sentent de mystérieuses présences.

Rapidement, le doute va faire place à la peur avec la découverte progressive d’êtres magiques déjà installés dans les bois. Mais loin des petits elfes facétieux auxquels on pense, ici ce sont des êtres inquiétants quand ce n’est maléfiques. Peu à peu, les Hasting vont se retrouver embarqués dans un monde hostile, prêt à basculer dans une guerre violente entre les hommes et ces créatures légendaires. Patrick et Sean seront les premiers touchés, tourmentés par un étrange être, tandis que leur grande soeur éveillera le désir d’une créature encore plus inquiétante.

Et concrètement niveau lecture, ça donne quoi ?

L’auteur nous embarque dans un monde féerique où s’entrecroisent des vieilles légendes et coutumes du folklore irlandais : les fées Seelie et les Unseelie (Les premières étant de gentilles fées qui mettent en gardent les humains, les secondes étant nettement plus malintentionnées, et attaquant les voyageurs sans raison), les charmes et talismans qui protègent du bon peuple (avec ici le rôle important du sel), ou encore la chasse sauvage (Vieille mythologie européenne qui raconte la course de chasseurs imaginaires hurlant au son d’étranges musiques et portant malheur à celui qui les croise).

Les mythes anciens les plus populaires sont ici abordés au fil des pages, donnant envie d’approfondir par nous-mêmes le folklore Irlandais. La couverture du livre en est d’ailleurs une très fidèle représentation.

Concernant les personnages, j’ai eu quelques difficultés à m’y attacher, probablement dû au fait que leur personnalité n’est pas très fouillée (si ce n’est compter les clichés habituels). Mais l’immersion dans le monde est telle que l’on pardonne rapidement à l’auteur.

Ce dernier nous tient en alerte dans la progression de la narration où le quotidien de la famille est progressivement envahi par le surnaturel, voire dans certains passages, par l’horreur. Car oui certains passages de Faërie sont vraiment oppressants, l’ambiance parfois lourde, si ce n’est malsaine, et on arrive à s’inquiéter du sort qui attend les différents protagonistes. Pour cela, Raymond Feist réussit son pari, on ne parvient pas à décrocher du livre tant on est happé par les évènements …

 

Et en conclusion ?

Présentée comme une référence, voire l’oeuvre majeure de l’auteur, Faërie utilise à merveille les légendes celtiques et parvient à créer un monde fascinant peuplé de créatures surnaturelles oppressantes. L’ambiance qui s’en dégage peut certes intriguer dans un premier temps. Mais très vite, ce sentiment disparaît, et l’on se plonge avec plaisir dans la lecture de ce livre qui est un vibrant hommage aux contes de fées et au folklore traditionnel.

8.5/10

Publicités