Les Salauds Gentilshommes, tome 2 : Des horizons rouge sang – Scott Lynch

Les-salauds-gentilhommes-des-horizons-rouge-sang-scott-lynchSynopsis

Locke Lamora, l’ancienne Ronce de Camorr, et son comparse Jean Tannen ont fui leur cité natale. Ils ont embarqué à bord d’un navire et gagné la cité-État de Tal Verrar, où ils prévoient bientôt de réaliser leur forfait le plus spectaculaire : s’attaquer à L’Aiguille du péché, une maison de jeu réservée à l’élite et voler son incommensurable trésor. Il n’existe qu’une façon de s’approprier l’argent de cet établissement: le gagner aux divers jeux qu’il propose à ses clients. Un domaine que Locke et Jean croient connaître sur le bout des doigts. Mais, une fois encore, les deux compères se retrouvent embringués dans des aventures imprévues… et devront se frotter à la flotte pirate de la redoutable capitaine Zamira Drakasha. Une véritable sinécure pour des voleurs qui ne distinguent pas bâbord de tribord ! Et pendant ce temps, les Mages Esclaves fomentent leur revanche contre celui qui les a humiliés et croit avoir échappé à leur châtiment: un certain Locke Lamora.

 

Mais de quoi ça parle ?

Après un premier tome qui nous emmenait dans la cité de Camorr, nous retrouvons nos deux complices, Locke Lamora et Jean Tannen dans un nouveau cadre, une cité marine répondant au doux nom de Tal Verrar. Cité qui n’est pas sans rappeler une certaine Venise de la Renaissance, et qui abrite nombre de casinos … une cible rêvée pour nos deux compères.

Justement, nous retrouvons ces derniers ayant déjà, à peine arrivés, repris leurs bonnes vieilles habitudes, à savoir voler aux riches … et tout garder pour eux. Et cette fois-ci, ils pensent tenir le casse de l’année : monter une grosse arnaque sur le dos d’un propriétaire de casino. Et comme on peut s’en douter, cela … va mal se passer. Tellement mal qu’ils vont devoir quitter la ville en catastrophe.

Car oui, pour se sauver, ils vont devoir s’enrôler dans la piraterie (Bon, il y a pire comme voie pour des voleurs …) et découvrir les joies du mal de mer, du rhum pas cher et du nettoyage de pont sous un soleil brûlant.

Devant faire leurs preuves comme matelots, ils vont vite donner un grand coup de balai dans les codes de la piraterie, privilégiant les coups sournois aux coups d’épées. Nous nous retrouvons alors, au fil des pages, baladés au grès de l’eau et des batailles, parcourant les mers et bravant les tempêtes.

Ils vont par la même occasion rencontrer de nouveaux personnages hauts en couleurs, notamment féminins, qui vont les aider dans leurs périples. Et ce ne sera pas de trop face au Requin, le propriétaire du casino, qui s’est juré de leur faire payer très très cher leur tentative de casse ratée.

Et concrètement niveau lecture, ça donne quoi ?

J’ai commencé la lecture de se second tome avec beaucoup d’attente. Et je peux déjà vous dire que je n’ai pas été déçu, loin de là ! On retrouve avec plaisir nos deux compères qui nous emmènent dans une aventure où l’on ne s’ennuie pas ! (Les héros non plus d’ailleurs)

L’histoire est construite de la même façon que le premier tome, à savoir une alternance de parties du passé de Locke et des parties dans l’instant présent. Mais cette fois-ci, le passé est beaucoup plus récent (période entre la fin du premier tome et le début de celui-ci), rendant la trame encore plus vivante, et amenant d’une façon particulière les rebondissements. Comme dans Les mensonges de Locke Lamora, l’auteur ne nous laisse pas le temps de souffler : tout s’enchaîne très vite, avec des moments d’actions, d’humour et d’arnaques en tout genre.

Petit vent de fraîcheur en plus, l’histoire nous amène à prendre la mer et faire connaissance d’un équipage de pirates. Grand fan des abordages en tout genre, j’ai vraiment apprécié cette partie du livre. D’autant plus que ce passage nous permet de mieux connaître Locke et son ami Jean, et de s’y attacher encore un peu plus. Les autres personnages que l’on va rencontrer sont particulièrement bien fouillés et vont amener de nouveaux sentiments : amitié, vengeance mais aussi amour ….

Je finis sur le travail du traducteur, différent du premier opus, qui a fait un travail remarquable pour rendre la richesse du texte original et nous livrer certains dialogues stylisés avec de répliques croustillantes et fort imagées.

En conclusion ?

Locke Lamora et Jean Tannen nous entraînent encore une fois dans une aventure rocambolesque, drôle et divertissante. On retrouve tout les ingrédients qui avaient fait du premier tome un succès, mais en mieux : une aventure pleine de rebondissements, des personnages soignés, des dialogues plein de gouailles…

Il ne me reste plus qu’à prendre mon mal en patience et attendre le troisième tome. Car oui, Scott Lynch semble aller mieux, et aurait repris l’écriture la suite, la république des voleurs !

9.5/10

Si vous souhaitez lire la chronique du premier volume, les mensonges de Locke Lamora, rendez-vous ici !

Publicités