La première loi, Tome 1 : Premier sang – Joe Abercrombie

La-première-loi-Tome-1-Premier-sang-Joe-AbercrombieSynopsis

Jadis synonyme de liberté et de progrès, l’Union n’est plus que l’ombre d’elle-même, minée par la corruption, les complots de toute sorte et l’incompétence notoire de ses dirigeants. Ces derniers n’ont aucune conscience des dangers qui les guettent : au nord, les clans barbares se rassemblent sous une bannière unique; du sud, où les forces du Gorkhul étaient jusque-là tenues en respect par l’armée régulière, proviennent de bien curieuses rumeurs. Bayaz, le Premier des Mages, sort de sa retraite millénaire pour sauver ce qui peut encore l’être. Son plan inclut un barbare philosophe, un jeune officier écervelé, un navigateur volubile, une intrépide chasseresse, un apprenti dépressif et surtout une grosse, grosse colère…

 


Mais de quoi ça parle ?

Trois hommes, trois destins, inextricablement liés, cela pourrait résumer le premier tome de Joe Abercrombie. En effet durant la plus grande partie du roman, nous allons suivre trois histoires, celle de Neuf-Doigts, l’inquisiteur Glokta et Jezal. Trois hommes complètement différents, trois hommes que tout opposent : ils n’ont rien en commun, si ce n’est de se détester cordialement dès le premier regard. Petit tour d’horizon de ces trois protagonistes :

Logen, dit neuf-doigts, un barbare qui est laissé pour mort dans une bataille contre son ancien leader qui l’a trahit et s’est auto-proclamé Roi du Nord. Pour une barbare, il est plutôt calme et ses conseils sont souvent avisés. Catapulté dans la ville d’Adua, il est un peu perdu dans toute cette civilisation et regrette amèrement le confort rudimentaire de son ancienne vie et l’esprit de camaraderie qui allait avec.

Jezal, un jeune noble qui se prépare pour le grand tournoi qui récompensera le meilleur bretteur de l’Union et qui promet la renommée éternelle au vainqueur. Espèce de dandy imbu de sa personne, il n’a que 2 choses en tête : la gloire facile et les femmes. Ce qui l’attend va chambouler sa vie à jamais …

Enfin, le dernier, l’inquisiteur Glotka. Ancien bretteur adulé de tous, aujourd’hui homme au corps brisé suite à un séjour forcé dans les geôles de l’ennemi. Chaque journée est pour lui et sa jambe folle une épreuve : ses dents ayant été arrachées, il ne peut avaler que des aliments liquides, ses yeux larmoient sans aucune raison et chaque montée d’escalier n’a semblé si douloureuse et pénible dans toute l’histoire de la littérature.

La carrière de soldat lui étant plus inaccessible que jamais, il s’est reconvertit en inquisiteur. Et il semble avoir trouvé sa vocation, faisant de la torture un art qu’il manie à la perfection. D’ailleurs peu de personnes étant passée sous ses mains sont encore là pour témoigner de ses traitements.

Bref, Premier sang, c’est tout plein de micro-intrigues fouillées et originales durant les 2/3 du livre. Micro-intrigues qui vont prendre fin à l’arrivée de tous les protagonistes à Adua.

Car c’est là que tous ces personnages hétéroclites vont être réunis par le grand mage Bayaz, magicien bourru et puissant, pour une quête mystérieuse … qui se dévoilera dans le tome suivant !

Et concrètement niveau lecture, ça donne quoi ?

Je le dis tout de suite, le premier tome du cycle la première Loi est long, très long ! Durant les 300 premières pages, on avance très peu dans l’intrigue et l’action est peu présente. J’ai failli décrocher tant j’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire, mais une fois le livre terminé, j’ai remercié ma persévérance !

Il faut plutôt voir ce premier tome comme une sorte d’introduction des personnages, une préparation à l’aventure pour une quête encore plus mystérieuse.

Joe Abercrombie nous livre un roman fantasy adulte à la très belle écriture, complexe, avec de looooongues descriptions, si bien que l’on est parfois content de tomber sur 2-3 phrases courtes pour souffler. Durant la bonne première moitié du livre, le texte est essentiellement axé sur les actions et pensées des personnages, agrémenté de nombreux dialogues. L’auteur utilise comme narration le point de vue de ses personnages, et cela donne des passages vraiment drôles par moment. Ajoutez à cela une petite touche d’humour noir, et l’on ne peut s’empêcher de sourire lors des scènes de tortures vues à travers le regard de l’inquisiteur Glotka. (oui, je suis tombé éperdument amoureux de ce personnage : cruel, sadique, il ne m’en faut plus pour me faire craquer).

Et lorsque l’action arrive, le livre devient fort prenant !

Revenons rapidement sur les personnages du livre qui sont étonnamment bien fouillés, et aux antipodes de ce que l’on peut trouver dans la fantasy actuelle. C’est d’ailleurs l’une des forces du livre. De prime abord, on peut s’imaginer avoir affaire à la brochette habituelle de héros : un mage, un barbare, un épéiste etc.

Mais voilà Joe Abercrombie a eu l’idée d’affubler tous ses héros des pires défauts : Logen est un barbare au grand coeur et philosophe à ses heures perdues, Ferro est aux antipodes de l’amazone sexy en étant une vraie sauvage à l’hygiène plus que douteuse, Jezal, loin de défendre la veuve et l’orphelin est un jeune homme tout ce qu’il y a de plus égoïste… Et j’en passe.

Bref une équipe de bras cassés que l’on suit avec le sourire durant ces 600 pages ! (Surtout les passages avec mon chouchou !)

En conclusion ?

Premier sang est un roman sombre et rempli d’humour noir avec des personnages attachants et loin de tous les stéréotypes que l’on rencontre habituellement dans la fantasy. Un roman d’introduction qui, je le répète, met du temps à démarrer, mais laisse envisager un second tome qui va décoiffer.

Personnellement, je n’ai qu’une hâte, passer 700 nouvelles pages en compagnie de mon cher et tendre Glotka !

7.5/10

 

Et pour les personnes qui ont aimé, dans le même genre vous apprécierez peut-être :

Blind-Ferret-First-Law-Blade-Itself-1-front-cover

les salauds gentilshommes tome 1- les mensonges de Locke Lamora couverture

Publicités