Survivant – James Herbert

survivant-james-herbert

Synopsis

Un Boeing 747 s’écrase près d’Eton. C’est l’une des plus effroyables catastrophes de l’histoire de l’aviation : 332 morts. Un seul survivant : Keller, le copilote, n’a aucun souvenir de l’Occident. Tandis que tout le monde essaie d’oublier l’horreur du drame, lui cherche à comprendre pourquoi il y a échappé. Bientôt, il est hanté par des voix, celles des passagers morts dans le crash. Et cette hantise gagne peu à peu l’ensemble de la ville et des habitants d’Eton. Le jour de vérité approche, une vérité insupportable à laquelle Keller refuse de croire…








Mais de quoi ça parle ?

Eton, banlieue de Londres, qui profite de ses derniers instants de tranquillité…

Un boeing 747 est en effet victime d’une avarie et ne va pas tarder à se crasher, lui et les 333 personnes à son bord. Crash qui ne tarde pas, et qui est décrit de façon tellement réaliste qu’on sent les secousses parcourir l’avion, les flammes nous lécher le visage et le fatalisme des passagers sur leur tragique destin.

Mais un miracle va sortir de cette catastrophe. Sur les 333 passagers, il y a un survivant : David Keller, le copilote. Miracle d’autant plus étrange qu’il en sort totalement indemne, malgré sa mémoire qui ne garde aucune trace des dernières heures avant l’accident.

Peu après le crash, la petite ville d’Eton connaît une explosion de décès aux causes inexplicables et étrangement rapprochés dans le temps. Des morts violentes au fort relent spectral … L’angoisse des habitants est alors plus que palpable et la ville se transforme peu à peu en cité de l’horreur…

David Keller, alors en plein crise de remord, est quant à lui irrédiablement attiré par le lieu de l’accident. Voulant à tout prix comprendre la raison pour laquelle il est le seul survivant, il décide d’enquêter sur ce qui c’est réellement passé. Il sera accompagné dans sa recherche de vérité  d’un ami, Harry Tewson, et d’un spirite nommé Hobbs. Spirite qui fera rapidement le lien entre toutes ces morts inexpliquées avec le décès brutal des passagers de l’avion…

Mais un mystère reste à éclaircir, dans quel but David Keller a t’il survécu ?

Et concrètement niveau lecture, ça donne quoi ?

Ecrit en 1976, Le Survivant est, vous l’aurez compris, un roman d’épouvante qui verse dans le paranormal. Comme d’habitude, le style de James Herbert est simple mais toujours aussi efficace !

Reprenant le même rythme que celui de la trilogie des rats, le roman alterne des chapitres centrés sur l’histoire des héros (ici Keller) et des évènements indépendants où l’auteur se fait toujours aussi plaisir à faire mourir dans d’atroces souffrances, O combien détaillées, ses personnages. Ces passages sont même presque plus réussis, car encore plus palpitants que ceux concernant les recherches du personnage principal.

Les personnages secondaires sont d’ailleurs toujours aussi travaillés, et on a toujours un petit pincement au coeur quand on sait ce qui les attend.

James Herbert pose magnifiquement son récit où enquête et terreur se partagent habilement les premiers rôles. D’ailleurs, en lisant ce livre, il est difficile de ne pas penser au 6e sens, les deux mêlant polar occulte et ectoplasmes vengeurs.

Toutefois le tout manque un peu de force et de profondeur pour en faire un incontournable : l’intrigue souffre de quelques temps morts et le dénouement est plutôt pauvre. On a le sentiment que les pièces du puzzle s’assemblent un peu trop facilement et la conclusion un peu trop rapide (bâclée ?) m’a laissé sur ma faim.

En conclusion ?

James Herbert nous livre ici un bon bouquin d’horreur qui se laisse lire avec beaucoup de plaisir (Je l’ai d’ailleurs lu en une soirée). On passe un agréable moment, mais il manque un petit quelque chose pour l’élever dans le cercle des grands livres d’horreur.

A noter pour les fans du roman, s’ils veulent prolonger leur plongeon dans l’horreur, que le survivant a été adapté au cinéma en 1981, sous le nom Le Survivant D’Un Monde Parallèle, avec Robert Powell et Joseph Cotten.

7/10

Publicités